Arts & Traditions Populaires de Marmande

Antony TOZY, naquit à Nérac le 17 juillet 1852 et y mourut le 11 août 1911. Après une enfance heureuse, il devint tapissier-décorateur puis plus tard il tint un café.

Il appartint à l’ESCOLA GASCONA DE MARGUERITA qui à partir de 1902 réunissait les félibres du Néracais. A ce titre, il publia dans le bulletin de l’école de nombreuses fables et des contes coquins mais jamais grivois. Il laisse donc deux œuvres : « Dens las segas », (Dans les haies), contes pour grands enfants en vers (imprimerie Durey, Nérac 1900) et « Fablos putsados a la hont », (fables puisées à la fontaine ou à La Fontaine) publié après sa mort (imprimerie Couderc, Nérac, 1934).

Lire la suite : Antony Tozy

Las bòrdas de la Gasconha Olt e Garonesa.

Lo territòri d’Olt e Garona a totjorn estat de tots temps traversat per los òmes.

Aisit a còrrer, draubit de tots costats sus regions a las economias complementarias, es una crutzada on son passats los cassaires preistorics, las tribùs ibèras que seguissian los son tropèths mudents, los celtes nitiòbriges debarats dus paisses du nòrd ; se mesclèran[1] tamben romans, vandales et colhas Wisigòtes. Mes tard, son venguts de pas tròp lunh quauquas pòpulacions per remplaçar los mòrts qu’avian deishat las guèras e las epidemias. Damb eras arribèran quauques sesonèirs, marchands, romius[2]… venguts de païs sovent lunhs.

Totes aqueres passants an deishat la sua mèrca e la mes caracteristica de l’òme sus la tèrra es lo son ostau ! Donc, se cau pas estonar de trobar en Olt e Garona una granda diversitat d’ostaus paisans. Dins un quite canton, e quauques còps un quite vilatge, troberan ostal los mèi diferents.

Dins lo Marmandes : riba gaucha de Garona se pòd remercar dus terrèns : la plana de Garona, que dίve sa riquessa a la lisa que Garona deisha a cada aïgat e lo Queyran hèit de calhaus e ont las bòrdas son enfluençadas per las bòrdas neraquesas o landesas.

Dins las Lanas : cada bòrda es sola dins son airial, una traucada dins la pinhada, on los bastiments s’esbarrejan[3] librament. L’organisacion de la damorança se sembla a la de « l’etché », l’ostau basco primitiu, mes la construccion es diferenta : los maçons lanusquets, carpentèirs mèi que maçons, an transformat lo mòdèle en pèira en un assemblatge de bòi sabentàs.

Dins l’Albret : aici, los ostaus, los pavatges e las barralhas[4] son hèits de beròias pèiras calcaris duras. Los « bordios » neraqués son tot en longor e atau se segissan la granja, l’estable, la damorança e las remisas

Les fermes de la Gascogne Lot et Garonnaise.

Le territoire du Lot et Garonne a toujours été, et de tout temps, traversé par les hommes.

Facile à parcourir, ouvert de tous côtés sur des régions aux économies complémentaires, c’est un carrefour où son passés les chasseurs de la préhistoire, les tribus ibères qui suivaient leurs troupeaux transhumants, les Celtes Nitiobriges descendus des pays du Nord ; se mêlèrent aussi les Romains, Vandales et hordes Wisighotes. Plus tard, sont venus de régions proches quelques populations pour remplacer les pertes dues aux guerres et aux épidémies. Avec eux arrivèrent aussi quelques saisonniers, marchands et pèlerins venus de pays souvent lointains.

Tous ces passants on laissé leur trace et la plus caractéristique de l’homme sur la terre est celle de sa maison. Il ne faut donc pas s’étonner de trouver en Lot et Garonne une grande diversité de maisons paysannes. Dans un même canton et quelque fois dans un même village on trouvera des maisons très différentes.

Dans le Marmandais, rive gauche de Garonne on peut remarquer deux sortes de terrains : la plaine de Garonne qui doit sa richesse au limon, la lise, que Garonne dépose à chaque inondation et le Queyran fait de cailloux et où les fermes sont influencées par celles du Néracais ou des Landes.

Dans les landes Lot et Garonnaise, chaque ferme est isolée dans son airial, une clairière dans la plantation de pins. L’organisation de l’habitation ressemble à celle de l’ « Etché » basque primitive, mais la construction est différente car les maçons landais, plus charpentiers que maçons, ont transposé le modèle en un savant assemblage de bois.  

Dans l’Albret, les maisons, les pavages et les clôtures sont faits de belles pierres calcaires dures. « Les bourdious », grosses fermes du Néracais, sont construites tout en longueur. Derrière une façade continue se succèdent grange, étable, habitation et remises.

Lire la suite : Habitat traditionnel dans le Marmandais.

Robèrt lo rotièr. 

Chanson relatant vraissemblablement l’exécution d’un routier (bandit de grand chemin) à Marmande en 1442.

En 1442, Charles VII, roi de France, vint à Marmande. Il a déjà ravi aux Anglais les places de Tartas, Saint-Sever, Dax, La Réole…Dans cette période de troubles, des mercenaires de tout bord se comportaient comme bon leur semblait. Les Routiers ou bandes criminelles organisées, ajoutaient à la confusion, sous la conduite de leur chef et aventurier Rodrigo de Villandrando. Le chant de « Robèrt lo rotièr », pourrait se rapporter à l’exécution d’un de ses partisans. 

   Roubèrt lo rotièr                              Robert le routier

 

Roubèrt matin s’y lèou                      Robert matin se lève

Lo la loun larala                                 Lo la loun larala

A Marmanda s’en ba.                     A Marmande il s’en va.

 

Quand éstèt à Marmando                 Quand il fut à Marmande

     Uo danso ba trouba.                    Une danse il va trouver.

 

Uo danso dé gouyatos,                       Une danse de jeunes filles

       Toutos à marida                              Toutes à marier

 

Se digoùt la mès jouéno                   La plus jeune lui dit            

Roubèrt boulets dansa ?                   Robert, voules-vous danser ?

 

Roubèrt paouso soun mantou                 Robert pose son manteau,

En danso es ba bouta                       Et va se mettre dans la danse.

 

Lou rèy qu’èro en frinestro,                 Le roi qui était à la fenêtre,

     Lou régardo dansa.                           Le regarde danser

 

Qui es aquét géntilhomi,                 Quel est ce gentilhomme

Que taplan sab dansa ?                    Qui sait si bien danser ?

 

Souy pas nat géntilhomi,                    Je ne suis pas gentilhomme,

Roubèrt m’y hèy nouma                 Robert je me fais appeler

 

Pusqué Roubèrt t’y apèros,               Puisque Robert tu t’appelles,

     Té boli hâ pénjia                        Je veux te faire pendre.

 

Pérqu’ém pénjia, jou praoubé  Pourquoi me pendre, moi pauvre ?

   Nou m’at mériti pas.                     Je ne me le mérite pas.

 

Roubèrt pillèt très glèysos               Robert pilla trois églises,

   Lo la loun larala                              Lo la loun larala

Aoustant ‘a hèyt burla.                     Autant il en fit brûler.

 

Cette chanson est rapportée par Hubert Dutech dans son ouvrage « Langue et chansons en Pays de Gascogne » paru aux éditions CPE en avril 2011. Il a également fait paraître chez Catybou, un roman sur le terroir Pyrénéen : « Le temps des grues »

Calendrier

Juin 2019
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Bals et animations

21 Jui 2019
20:30 - 23:00
Fête de la musique
02 Juil 2019
20:30 - 22:00
Chants polyponiques occitan à Cocumont
07 Juil 2019
11:30 - 16:00
Fête du four à pain à Bouglon

A venir

18 Jui 2019
18:00 - 20:00
Cours occitan
18 Jui 2019
20:30 - 22:00
Danses Marmande
20 Jui 2019
18:30 - 20:00
Chants occitans
25 Jui 2019
18:00 - 20:00
Cours occitan