Lou réstet

Arts & Traditions Populaires de Marmande

Texte tiré de « Lou Garounés », 29 ème année 1929. Imprimerie Canler Marmande.

On reprochait souvent aux jeunes partis à la ville d’oublier d’où ils venaient et surtout de ne plus parler la langue de leurs ancêtres quand ils revenaient au pays. Un texte de Marcel LACROIX y fait référence, repris par René Séguy il est devenu un texte incontournable pour les élèves apprenant l’Occitan.

Lou réstet

 Aprèts auje abitat quate ou cinq ans én bile,

Un hilh dé campagnard tounèt, pér un counjèt,

Passa chés sous paréns un pétit téms tranquile :

Es toutjour dab plazé qué l’on béit soun éndrét !

Arrés n’ère cambiat, las jéns dé soun bilatje,

Qu’èren tous counéchuts é présque tous de buès,

Abèden counserbat noste béroy léngatje,

Maurétout lou prougrès parlében qué patuès.

Lou noubèt arribat, d’aco, s’én ofusquèbe,

Dizant à sous bézins, d’un aire rassaziat,

Qué difficilemént soubént lous comprénèbe,

Dunmpeit qu’ére éstudiant, n’abèbe plus parlat.

« Pas un mot, une fraze adare, pouiri dize,

(Ajoutèbe toutjour) és pourtant bien atau,

Jou, l’eit trop oublidat én dé pousqué traduize,

Quan mé parlen d’un béu, d’un aze ou d’un chibau »

- Més core sount bazuts au païs dé Gascougne,

Lou parla das aujols damore déns la pet,

E sé pér s’én serbi dé « moussous »an bergougne,

Déns bétcot d’occazions l’émployen dé noubet !

Né faut pas qu’un accroc, au cours d’une banture,

Qué la machante chance a boulut nous balha,

La mémuère cop sét né paréch pas tant dure,

Tout noste naturel tourne sé rébélha.

Pér noste franchimant la cauze éstout proubade,

S’anujant d’esta soul, pér un bién bèt matin,

Core damb’sous parénts s’én angout pér la prade,

Réstéra tout lou hén, dinqu’au meit pétit brin,

En dé préne l’utis, capérat débat l’herbe,

Pézets dé pér darré damb lou cap das esclots,

Bélèu un pauc trop fort ; lou cop estout superbe,

Lou manche én sé cabrant ésmousticout sous pots,

Réculant a très pas, pér répréné couratje,

Damb’un pétit mouchuér tout lou sang arréstet,

E, gaitant au mitalh, coum’ère soun bizatje,

Sabout dize en patuès : Lou putin dé réstet !... »

Marcel LACROIX

Le râteau

Après avoir vécu quatre ou cinq ans en ville,

Un fils de paysan revint, pour un congé,

Passer chez ses parents un petit temps tranquille :

C’est toujours avec plaisir qu’on revoit son pays !

Rien n’avait changé, les gens de son village,

Il les connaissait tous, presque tous des bouviers,

Ils avaient conservé leur beau langage,

Malgré le progrès ils ne parlaient que patois.

Le nouvel arrivant de cela s’offusquait,

Disant à ses voisins d’un air suffisant,

Que difficilement souvent il les comprenait,

Depuis qu’il était étudiant, il n’avait plus parlé :

« Pas un mot, une phrase maintenant je pourrai dire,

(Ajoutait-il toujours) c’est pourtant bien comme cela,

Je l’ai trop oublié pour pouvoir traduire,

Quand on me parle d’un bœuf, d’un âne ou d’un cheval »

Mais quand on est né au pays de Gascogne,

Le parler des aîeux demeure en notre peau,

Et si de s’en servir des « Messieurs » ont honte,

En beaucoup d’occasions ils l’emploient de nouveau !

Il ne faut qu’un accroc au cours d’une aventure,

Que la malchance a voulu nous donner,

La mémoire aussitôt ne parait pas si dure,

Tout notre naturel revient se réveiller.

*Pour notre Franchimand, la cause fut prouvée,

S’ennuyant d’être seul par un bien beau matin,

Quand avec ses parents il partit dans le pré,

Râteler tout le foin jusqu’au plus petit brin,

Pour prendre l’outil recouvert par l’herbe,

Il appuya par derrière avec le bout des sabots,

Peut être un peu trop fot ; le coup fut superbe,

Le manche en se cabrant lui écrasa les lèvres.

Reculant à trois pas pour reprendre courage,

Avec un petit mouchoir il épongea tout le sang,

E regardant dans le miroir comment était son visage,

Il sut dire en patois : «  Le putain de râteau !... »

 Traduction de Roger GASTON

Marcel et Claudius Lacroix outre leurs écrits dans Lou Garounes nous ont laissé un livre de collectage : « Vieilles chansons populaires de la région de Damazan, « bielhes cansouns des embirouns de DAMAZAN » 1926.

Cansouns de nobis é maridatjés, cansouns dé danse : congos, rondéus, coutre-danses (quadrilles), cansous de segaîres, bressaire, la guilhouné. (Chansons fiancés et de mariages, chansons de danse : congos, rondeaux, contre-danses, chansons de moissonneurs, berceuses, chanson pour la quête des œufs « au gui l’an neuf »)

Calendrier

Juin 2019
L Ma Me J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Bals et animations

21 Jui 2019
20:30 - 23:00
Fête de la musique
02 Juil 2019
20:30 - 22:00
Chants polyponiques occitan à Cocumont
07 Juil 2019
11:30 - 16:00
Fête du four à pain à Bouglon

A venir

18 Jui 2019
18:00 - 20:00
Cours occitan
18 Jui 2019
20:30 - 22:00
Danses Marmande
20 Jui 2019
18:30 - 20:00
Chants occitans
25 Jui 2019
18:00 - 20:00
Cours occitan