Antony Tozy

Arts & Traditions Populaires de Marmande

Antony TOZY, naquit à Nérac le 17 juillet 1852 et y mourut le 11 août 1911. Après une enfance heureuse, il devint tapissier-décorateur puis plus tard il tint un café.

Il appartint à l’ESCOLA GASCONA DE MARGUERITA qui à partir de 1902 réunissait les félibres du Néracais. A ce titre, il publia dans le bulletin de l’école de nombreuses fables et des contes coquins mais jamais grivois. Il laisse donc deux œuvres : « Dens las segas », (Dans les haies), contes pour grands enfants en vers (imprimerie Durey, Nérac 1900) et « Fablos putsados a la hont », (fables puisées à la fontaine ou à La Fontaine) publié après sa mort (imprimerie Couderc, Nérac, 1934).

Pour vous donner envie de découvrir l’œuvre de Tozy, nous avons retenu deux poésies : un sonnet où il appelle sa muse pour qu’elle secoue sa paresse et lui donne l’inspiration, l’autre poésie est une véritable promenade dans sa bonne ville au début du siècle dernier:

O Nerac, mon païs, vila on soi vasut

Un matin d’estiu per seguèras,

Païs on èi popat, vila on èi viscut

Diu te garda de las misèras.

Et bien sûr suivront trois fables et un conte pour grands enfants.

« A ma musa », Antony Tozy                            

Ca’i, Eratò, gaha ton timpanon,    

Anem un pauc trepir l’erbeta,

La cançon qu’aima la floreta,

La flor qu’es sòr de la cançon

 

Dejà l’ausèth suu seniçon,

Hè bresilhar sa cançoneta,

E lu perfum de la vriuleta

Nos crida la bèra seson.

 

Qu’es lo primtemps, dens la natura

Tot que verdeja, tot que madura

Tot es gairesc, tot es joiós.

 

Ca’i, Erató, ça’i ma mestressa,

Segotis un pauc ta paressa

Anem cantar los amorós.

« A ma muse », traduction Roger GASTON

Viens, Erato, attrape ton tambourin

Allons un peu fouler l’herbette,

La chanson qu’aime la fleurette

La fleur qui est sœur de la chanson

Déjà l’oiseau sur le séneçon

Fait gazouiller sa chansonnette

Et le parfum de la violette

Nous crie la belle saison

C’est le printemps dans la nature

Tout verdit, tout mûrit,

Tout est gai tout est joyeux.

Viens, Erato, viens ma maîtresse,

Secoue un peu ta paresse

Allons chanter les amoureux

« Mon pais », Antony Tozy

O Nerac, mon païs, vila on soi vasut

Un matin d’estiu per seguèras,

Païs on èi popat, vila on èi viscut

Dens los plasers e las misèras.

 

T’aimi Nerac, ó ma beróia reina

Vielha per ton renom mès joena per l’esprit,

Vila que nòste Henric un jorn avè causit

End’i córrer la patanteina.

 

O Nerac, mon pais ; aimi tos carrelòts

On, quan èri grahùs, lo long de las rolhèras

Aimavi de bastir de petitas paishèras

Ende har nadar mos esclòps.

 

O Nerac, on èi trichat a las boletas,

A l’òra on lo bròc blanc hè corer los cans hòus,

On soi anat tan soent gahar cagalinhas

A la hont de las tres popetas.

 

O Nerac, mon pais, aimi ton vielh castèth

Temoèn totjorn debot de la grandor passada

On vai lo seniçon dinca sus la teulada

Bien a portada de l’auseth.

 

T’aimi damb to fauborc on dens cada maison

Hornilha un regiment de mostosa marmalha,

Sens contar lo joquèr per lotjar la poralha

E lo cortilh per un tesson.

 

Aimi tos lavadèrs, on las mudas se’n van

Devisar suu vesin, au brut de la malhòca,

Aimi lo pishorlet de ta vielha Puzòca

On cada ostau a son emban.

 

Ta garena, tos prats, ta Baïsa graciosa

Dont la marcha se’n va totjorn doçamenot,

Tas aigas de Sent-Joan que ploran sus l’arròc

E Pica-Sot la generosa.

 

Païs on lo sorelh en confir l’arrasim

Hè borir lo gaspòt e pishar lo bon vin,

Païs on lo bon vin hè vàser las cançons

Acorsar los pelhòts e tumar los potons.

 

Aimi tos carnavals per tas bonas tartièras.

T’aimi quan per Nadau hès borir l’estofat,

T’aimi, païs de flors e païs de caucèras

Païs deus patissons e deus canhòts trufats.

 

O Nerac, mon païs, aimi tos environs

On èi tan segassat dens mas joenas annadas,

On èi huretejat tas sègas embaumadas

Per levar nis e panar flors.

 

O Nerac, Larrosset, Malò, Vaquèr, Tauzieta,

Cassanel, Lo Tastar, Lo Pin, La Tor, Tifon,

Lo Grezau, Seguinòt, La granja, Monicon,

Païs cotats per l’escampeta.

 

Que vs’aimerèi totjorn, environs de Nerac,

Païs qu’èi tan corrut, païs qu’èi tan pescat,

Bèth-Paumas, Paisheron, La Saubòla, Sorbèth,

Senta-Regonda, Nezerèth,

 

L’ila de Recalhau on lo peish se remisa,

Païs on an lèu hèit de plear son pairòt,

Sens contar los arrius qui pishan dens Baïsa

De Sen-Quentin a Poda-Còth.

O Nerac, mon païs ; la Breisha, Hont-Tindèla,

La carrèra deu miei, Gaujat, los tres esclòps

Lo Grifon, sovenir d’autes còps

On s’es tirat tan de flanèla

 

Lo Pont-Nau surnomat pont de la rebèria,

Ton Pont-Vielh tot boçut, tos cais, ton priorat,

Ta gleisa, ton molin, l’enclusa, lo pavat

E ta crumosa taneria.

 

Que vs’aimerèi totjorn quartièrs tan renomats

On los tipes farçurs son contats a paladas,

Escorras, carrelots, placetas bien aimadas,

Païs deu gran Cocò, lo minjaïre de gats.

O Nerac, Lo Pinguet, Vent-Ploi lo trompetaïre,

Valentin e Lauga, Truau lo sabatèr,

Catalina, Blanquet, Pedaròs, Nolivèr,

E Rossini lo violonaïre.

 

O Nerac, mon païs, vila on soi vasut

Un matin d’estiu per seguèras,

Païs on èi popat, vila on èi viscut

Diu te garda de las misèras

« Mon pays ». Traduction de Roger GASTON

O Nérac, mon pays, ville où je suis né

Un matin d’été pour les moissons

Pays où j’ai tété, ville où j’ai vécu

Dans les plaisirs et les misères.

Je t’aime Nérac, au ma belle reine

Vieille par ton renom mais jeune par l’esprit,

Ville que notre Henri un jour avait choisie

Pour y courir la patenteine.

O Nérac, mon pays, j’aime tes ruelles,

Où quand j’étais crasseux, le long des rigoles

J’aimais construire de petits barrages

Pour faire nager mes sabots.

O Nérac, où j’ai triché aux billes,

A l’heure où l’aubépine fait courir les chiens fous,

Où je suis souvent aller attraper des têtards

A la fontaine des trois tétines.

O Nérac, mon pays, j’aime ton vieux château

Témoin toujours debout de la grandeur passée

Où le séneçon grimpe jusque sur la toiture

Bien a portée de l’oiseau.

Je t’aime avec tes faubourgs où dans chaque maison

Fourmille un régiment d’enfant au visage barbouillé,

Sans oublier le poulailler pour loger la volaille

Et le courtil pour le cochon.

J’aime tes lavoirs où les muettes vont

Parler du voisin, au bruit du battoir

J’aime le filet d’eau de ta vieille Puzoque

Où chaque maison à son auvent.

Ta Garenne, tes prés, ta Baïse gracieuse

Dont la marche s’en va toujours doucettement,

Tes eaux de Saint-Jean qui pleurent sur la roche

Et Pique-Sot la généreuse.

Pays où le soleil en mûrissant le raisin

Fait bouillir le grapillon et couler le bon vin,

Pays où le bon vin fait naître les chansons

Poursuivre les jupons et claquer les baisers.

J’aime tes carnavals pour tes bonnes tourtières.

Je t’aime quand pour Noël tu fais bouillir l’étouffé,

Je t’aime, pays de fleurs et pays de crèpes

Pays des patissons et pâtés truffés.

O Nérac mon pays, j’aime tes environs

Où j’ai tant flirter dans mes jeunes années,

Où j’ai tant fureter tes haies embaumées

Pour dénicher et voler des fleurs.

O Nérac, Larrousset, Malo, Vaquer, Tauziette

Cassanel, Le tasta, Le Pin, La Tour, Tifon,

Le Grézaou, Seguinot, La Grange, Mounocoun,

Pays renommés pour l’escapade.

Je vous aimerai toujours environs de Nérac,

Pays que j’ai tant parcouru, pays où j’ai tant pêché,

Bèth-Paumas, Paisheron, La Saubole, Sorbèth,

Sainte Radegonde, Nazareth,

L’ila de Recalhau où le poisson se cache

Pays où l’on vite fait de remplir son panier,

Sans compter les ruisseaux qui coulent dans Baïse

De Saint-Quentin à Poda-Cot.

O Nérac, mon pays ; La Breisha, la fontaine Tindelle,

La rue du milieu, Gaujat, les trois sabots,

Le Griffon, souvenirs d’autrefois

Où l’on s’est souvent dévêtus.

Le Pont-Neuf surnommé le pont de rebèria,

Ton Pont-Vieux tout bossu, tes quais, ton prieuré,

Ton église, ton moulin, l’écluse, le pavé

Et ta tannerie enfumée.

Je vous aimerai toujours quartiers tant renommés

Où les farceurs se comptaient à la pelle,

Fossés, ruelles, placettes bien aîmées,

Pays du grand Coco, le mangeur de chats.

O Nérac le Pinguet, Vent-Pluie le trompettiste,

Valentin et Lauga, Truau le cordonnier,

Catherine, Blanquet, Pedaros, Noliver,

Et Rossini le violoniste.

O Nérac, mon pays, où je suis né

Un matin d’été pour les moissons,

Pays où j’ai têté, ville où j’ai vécu

Dieu te garde des misères.

« Fablas putsadas a la hont ». Antony Tozy

Textes tirés du bulletin de l’escolo gascouno (Imprimeur gérant Durey, cours Romas et place de l’Hôtel de ville Nérac.)

« Fables puisées à la fontaine », joli jeu de mots car de quelle fontaine s’agit-il ? Beaucoup de fables de Tozy sont inspirées du grand La Fontaine qui, lui aussi, en plus de fables, avait écrit des contes grivois.

Nous avons choisi trois fables inspirées du grand fabuliste. Dans la première, « la pious e lou lagas », il copie fortement « La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf », jusqu’au dialogue. Dans la seconde, « Lou mousquit fanfaron » on retrouve quelques images de « la colombe et la fourmi » Dans la troisième « l’electur batalèr », fable, plus personnelle, la morale reprend sans le citer un proverbe très connu en Gascogne : « Guèitatz-vos de l’òmi qui’s cara com deu can que non laira », « Méfiez-vous de l’homme qui se tait comme du chien qui n’aboie pas ».

Ces trois fables vous donneront peut-être envie de découvrir l’œuvre de Tozy. Ces « Fablas putzadas a la hont » ont été republiées en 1977 par le « Ceucle Occitan deu Licèu de Nerac » sous le patronnage de l’EOE (Escola Occitana d’Estiu). André Bianchi, le professeur d’occitan s’était chargé de la transcription et Yves Chaland avait illustré certaines fables

La pious e lou lagas. Antony TOZY

Telle que l’a écrite Tozy dans le bulletin de l’Escolo gascouno de Marguerito

La pious e lou lagas.

En hureta de plaço en plaço

Sou courpitoun d’un can de casso

Uo pious toumbèt nas a nas

Juste en faci d’un gros lagas.

- Bietdaouco hoou, sadits la petito en li bese

Lou bente arroundit coumo un cese,

Aquet galapian semblo-sta

Bengut açi esprès en den har capouna.

Li baou mucha qu’aco sera pas dit.

E baqui truco petit

De s’enfla, de prengue proufit,

En d’attrapa lou lagas en groussou.

Tout en s’enfla disè : « Ma so, n’en souï prampou ?

- O pas encouèro ! – E adaro ? – Tapaou ?

- Pensi qu’aqueste cot sen diou manqua de paou ?

-S’en manco encouè de tout, se soui pas lagagnouso.

Finaloment, nosto enbejouso

Que s’enflet tan, e tan que s’estirèt

Que tout d’un cot soun vente qu’en crebèt.

 

Moralitat

 

Sou tapuret de las doulous

La gran cuo dous Malhuros

Es mitat eïto d’embejous.

A TOZY

Rapportée telle que l’a écrite Tozy, ce qui peut permettre un excellent exercices aux élèves des cours d’occitan en réécrivant ce texte en graphie normalisée, et surtout il donne des indications précieuses sur la façon de prononcer le gascon en Néracais..

La puce et la tique ;

En furetant de place en place

Sur le croupion d’un chien de chasse

Une puce tomba nez à nez

Juste en face d’une grosse tique.

Vit d’oie hoou se dit la petite en lui voyant

Le ventre rond comme un petit pois,

Ce galapian semble être

Venu ici pour faire bonbance.

Je vais lui clouer le bes cela ne sera pas dit !

Et la voici tape petit

De s’enfler, de prendre profit,

Pour rattraper la tique en grosseur.

Tout en s’enflant elle dit : «  Ma sœur, ce n’est pas assez ?

- O pas encore ! – Et maintenant ? - Non plus,

- Je pense que maintenant il s’en manque de peu ?

- Il s’en manque encore de tout, si je ne suis pas chassieuse.

Finalement, notre envieuse

S’enfla tant et tant qu’elle s’étira

Que tout d’un coup son ventre en creva.

 

Moralité

 

Sur l’autel des douleurs

La majorité des malheureux

Est pour moitié faite d’envieux.

Lou mousquit fanfaron.

En bouille prengue un ban de pè

D’ens l’aygo berdo d’un pesquè,

Sèro pa’stat la houeillo d’un aouba

Un mousquit s’anaou nega

Un cote estout remes lou mousquit fanfaroun

Angout counta pertout sa neouèra abanturo :

Qu’èy traouersat, disè, san alos e san poun,

E san me mouilla la cinturo,

Lou pesquè couaté cots en loon.

-Maynadje, li digout sa mat, t’y ises pa,

Toun pay s’es negat en pesqua,

L’aygo n’es pas toun lot, parli en de toun bounur

N’es pas camat coumo un taillur.

6Cregnetz pa re, mamay, sabi nada,

Li respoun lou mousquit, e se besèy la ma

Y angueri san poou d’en nega.

Coumo fenissio aco, un paysan que passèt,

Es mousquèt, toussiscout, crachèt,

E baqui que noste mousquit

Se neguèt d’en soun escoupit.

Moralitat

Aco qu’ensegno as batalès

Qu’es caou pa truffa dous dandjès

Pramo lou qui d’un gran se tiro dan profit

Que pot mouri dens un petit

Le moustique fanfaron

En voulant prendre un bain de pied

Dans l’eau verte d’une mare

S’il n’y avait pas eu la feuille d’un aubier

Un moustique allait se noyer.

Une fois remis, le moustique fanfaron

Alla conter partout sa nouvelle aventure :

J’ai traversé, disait-il , sans ailes et sans pont,

Et sans me mouiller la ceinture,

La mare quatre fois en long.

-Petit, lui dit sa mère, ne t-y fie pas,

Ton père s’est noyé en pêchant,

L’eau n’est pas ton lot, je parle pour ton bonheur

Tu n’as pas les jambes longues du héron.

-Ne craignez rien maman, je sais nager,

Lui répond le moustique, et si je voyai la mer

J’irai sans peur de me noyer.

Comme il finissait ses mots, passa un paysan,

Il se moucha, toussa, cracha,

Et voilà notre moustique

Qui se noya dans son crachat.

Moralité

Cela enseigne aux téméraires

Qu’il ne faut pas se moquer des dangers

Car qui d’un grand se sauve avec profit

Peut mourir dans un tout petit.

L’electur batalè[1]

 Y a ta lountens que-m rappèli pas mè

S’éro a Sos ou a Sen-Pè,

Mè que-m soubengui bien qu’èro un se d’electioun

Dens un cafè… Sur aquero questioun

Un electur batalejaouo[2]

E coumo un moulin brassejaouo

Hasè trembla l’oustaou, miaçaouo la gens

Ous y boulè coupa lous rens.

- Y a pas que benuts, disèou, que menturs,

Canaillos, sadouts e boulurs,

S’en ba tems de ha la lechiouo.

A l’entene crida tout lou mounde hugiouo.

Pramo que per astan qu’aïmen sous candidats

Y a gens sages de touts coustats,

E ques soucion pas d’ana pramo d’un pèt

Serbi de farço a un troupèt,

Nost’home saquela, lous oueils horo dou cat,

Debisaouo coumo un aoucat

E sou marbre en truqua dou pun

Ques fachaouo encouè mey de trouba pas digun

En de l’esbrigalla sur plaço.

Tout d’un cot quet bey dens uo glaço,

Arrise un petit trapput.

-A mille sor,- sadits, tout sera pas perdut

-Quet baouo ha rise triste siro.

E san mey de resoun quou bo gaha aou coulet.

S’èro troumpat de Chay : lou petit ques rebiro

E l’embio un camouflet

Qui l’esten rede sou parquet.

Moralitat

Lous cridaïres soun pas james bien danjerous

Mefiabous dous silencious.

Bien entendu on ne peut pas s’empêcher de penser au proverbe bien de chez nous: « Guèitatz-vos de l’òmi qui’s cara com deu can que non laira », méfiez-vous de l’homme qui se tait comme du chien qui n’aboie pas ! Comme pour le grand La Fontaine ce sont les proverbes populaires qui ont inspiré ses fables ou les « morales » de ses fables qui sont devenues des proverbes populaires.

L’électeur querelleur ;

Il y a tellement longtemps que je ne me souviens pas

Si c’était à Sos ou à Saint-Pé,

Mais je me souviens bien que c’était un soir d’élection.

Dans un café…Sur cette question

Un électeur bonimentait

Et comme un moulin bâtait des bras

Il faisait trembler la maison, menaçait les gens

Il voulait leur casser les reins.

-Il n’y a que des vendus, disait-il, que des menteurs,

Des canailles, des des rassasiés, des voleurs,

Il est grand temps de faire la lessive.

A l’entendre crier tout le monde fuyait.

Par pour autant qu’ils aiment leur candidat

Il y a des gens sages de tout côtés

Et ils ne se soucient pas d’aller pour une pécadille

Servir de farce à un troupeau.,

Notre homme cependant, les yeux hors de la tête,

Discutait comme un oison

Et sur le marbre tapait du poing

Il était d’autant plus fâché qu’il ne trouvait personne

Pour le dépecer sur place.

Tout d’un coup il aperçoit dans une glace ,

Rire un petit trapu.

-A mille sort,- dit-il, tout ne sera pas perdu

Je vais te faire rire triste sire.

Et sans plus de raison il l’attrape au collet ;

Il s’était trompé de chai : le petit se retourne

Et lui envoie un camouflet

Qui l’étend raide sur le parquet.

Moralité

Les crieurs ne sont jamais bien dangereux

Méfiez-vous des silencieux


  • [1] Batalè : qui cherche des noises, querelleur en paroles.
  • [2] Batalejaou : bonimentait, prenait à partie

Calendrier

Janvier 2019
L Ma Me J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3

Bals et animations

25 Jan 2019
21:00 - 23:00
"Le grand bal"

A venir

18 Jan 2019
16:00 - 18:00
Atelier théâtre
19 Jan 2019
10:30 - 12:00
Café occitan
22 Jan 2019
18:00 - 20:00
Cours occitan
24 Jan 2019
18:30 - 20:00
Chants occitans
25 Jan 2019
16:00 - 18:00
Atelier théâtre
29 Jan 2019
18:00 - 20:00
Cours occitan
29 Jan 2019
20:30 - 22:00
Danses Marmande
01 Fév 2019
16:00 - 18:00
Atelier théâtre
02 Fév 2019
10:30 - 12:00
Café occitan
05 Fév 2019
18:00 - 20:00
Cours occitan